Laura Jupin, sapeur-pompier

Laura Jupin, sapeur-pompier

Date de création
Date de modification
3 minutes
Article
Laura Jupin, sapeur-pompier

Laura Jupin exerce son métier à la caserne du Blosne à Rennes. A chacune de ses gardes, elle est prête à faire face à toutes les situations. Contrairement aux idées reçues, la lutte contre les incendies ne représente qu’une infime partie de son travail.

Portrait de Laura Jupin
Laura Jupin, sapeur-pompier à Rennes © Carole André / Tud presse

Alors qu'elle s'approche du fourgon d'intervention, qu'elle enfile la veste de feu et attrape son casque, un immense sourire illumine son visage. Laura Jupin n'est jamais aussi heureuse que lorsqu'elle part sur le terrain. Depuis juin 2023, elle a intégré le centre d'incendie et de secours du Blosne, à Rennes, comme caporale. 

« Il ne faut pas croire qu'on sauve des vies à chaque intervention, prévient la jeune femme de 35 ans. Il faut être conscient qu'on s'entraîne beaucoup pour des situations qui n'arriveront peut-être jamais ». En effet, la lutte contre les incendies ne représente que 11% des interventions au niveau national et les secours routiers environ 10%. Les secours aux personnes représentent la majorité des sorties, à hauteur de 68% des missions.

Une reconversion pour oser vivre sa passion

Après des études d'ingénieure et sept ans comme conductrice de travaux sur de grands chantiers en région parisienne, elle arrive en Bretagne en 2020 où elle rencontre des gens qui préparent le concours de pompier professionnel. « J'ai réalisé que l'envie de faire ce métier était au fond de moi depuis toujours, se souvient-elle. Je me suis inscrite au concours et engagée comme pompier volontaire ». 
Elle commence alors son entraînement physique pour être à la hauteur des épreuves sportives. « J'étais déjà sportive mais je me suis beaucoup entraînée, précise-t-elle. Aujourd'hui encore, le sport est au coeur de notre quotidien ». Durant chaque garde de 24 heures, deux entraînements sportifs sont inscrits au programme, un le matin et un le soir. Au programme également, vérification du matériel, manoeuvre, fonctionnement du service d'affectation. Laura travaille à la pharmacie de la caserne. Elle prépare les commandes, vérifie les stocks et les protocoles. Toute cette routine s'arrête si un départ en intervention retentit dans la caserne. « On arrête tout ce qu'on fait pour partir immédiatement, explique la jeune femme. Si on allait passer à table, on mange plus tard ! »
 

Aujourd'hui encore, le sport est au coeur de notre quotidien

Des spécialisations pour évoluer

Etre sportive, persévérante, rigoureuse et respectueuse de la hiérarchie sont des qualités indispensables pour réussir dans ce métier. « Il faut aussi être bienveillante pour aider les personnes qui sont souvent dans des situations de détresse », ajoute-t-elle. Après quelques mois seulement sur le terrain, Laura Jupin a déjà pleinement trouvé sa place et voit « clairement [s]on avenir sans s'ennuyer ». Outre les interventions régulières que font tous les pompiers, il existe aussi des spécialités (risques radiologiques, chimiques, sauvetage et déblaiement, intervention en milieu périlleux...). La caporale aimerait s'orienter vers l’utilisation du « caisson à feu », un outil d’entraînement pour les pompiers offrant une situation au plus près du réel, afin de percevoir les risques pour les appréhender. Mais elle y pensera plus tard, la sirène vient de retentir...

Le parcours de Laura Jupin

  • Après son bac, Laura entre en école d’ingénieurs.
  • Elle obtient un diplôme d'ingénieur Bâtiment et travaux publics (IIBTP) au CNAM de Reims qui lui permet de travailler rapidement comme conductrice de travaux.
  • En 2020, elle décide de se reconvertir pour réaliser son rêve de devenir pompier. Elle s'inscrit au concours en novembre 2021 et passe avec succès les nombreuses épreuves. Elle est opérationnelle après une formation en juin 2023.
     
Panneau d'information

À lire aussi

Retour en haut de page