Cordiste

  • Synonyme : travailleur/euse acrobatique

Équipés de cordes, d'un harnais et d'un casque, les cordistes sont les spécialistes des travaux en hauteur ou difficiles d'accès. Par exemple, pour participer à la construction d'un viaduc, nettoyer les vitres d'un immeuble, restaurer un clocher... Leur compétence technique et leurs qualités d'endurance sont recherchées.

Niveau d'étude minimal requis

Niveau CAP, BEP

Statut professionnel

salarié

À l'origine, des pro de l'escalade

Les alpinistes, recrutés pour leur aisance en escalade, ont inauguré le métier de cordiste pour effectuer des travaux d'entretien sur les surfaces en verre des buildings et sur les monuments historiques. Désormais, une compétence dans certaines techniques du bâtiment et des travaux publics s'impose.

Entretien de tours et pose de pylônes

Les domaines d'intervention des cordistes sont variés : nettoyage et maintenance d'équipements (vitres, cheminées d'usines, silos...) et d'engins en hauteur (grues) ; restauration de bâtiments, rénovation de toitures, peintures et soudures ; construction et entretien en accès difficile dans les travaux publics (ponts, viaducs, barrages hydrauliques...) ; montage et maintenance de câbles électriques, de structures métalliques, d'antennes, de pylônes et de haubans ; élagage et abattage d'arbres dangereux ; installation de filets de protection le long des falaises ; manipulation d'explosifs...

Un travail en hauteur

Le quotidien des cordistes est fait de défis. Par exemple, participer à la construction du viaduc de Millau (343 m pour la pile la plus haute), installer l'illumination de la tour Eiffel (qui culmine à 324 m) ou encore nettoyer les vitres des tours de bureaux...

Des risques maîtrisés

Le ou la cordiste est responsable de sa propre sécurité. Il lui faut anticiper les risques, bien connaître son matériel ainsi que son environnement de travail, respecter les normes réglementaires.

Avec son équipement

Pour atteindre des zones difficiles d'accès à des hauteurs vertigineuses, il est impératif d'avoir l'équipement adéquat : harnais antichute, cordes, baudrier et mousquetons. Sans oublier l'indispensable casque, ainsi que les chaussures et les gants spéciaux. Il ou elle travaille en extérieur.

En équipe

Sur les chantiers de nettoyage de construction ou de travaux publics, le travail s'effectue avec d'autres cordistes, souvent en binôme. Tous sont sous la responsabilité d'un chef ou d'une cheffe d'équipe. Ce ou cette responsable, qui possède de l'expérience, organise le travail de ces ascensionnistes tout en veillant à leur sécurité.

Même à l'étranger

Une longue liste de PME (petites et moyennes entreprises) spécialisées dans les travaux d'accès difficile fait appel aux compétences d'ouvriers et d'ouvrières cordistes, à la demande des entreprises de construction ou de travaux publics. Leurs prestations jouissent d'une telle réputation que des cordistes français peuvent être envoyés en mission à l'étranger.

Double compétence bienvenue

Face à la précision et à la technicité nécessaires pour travailler en hauteur, le ou la cordiste doit posséder une double compétence : maîtriser une spécialité du bâtiment et des travaux publics (maçonnerie, peinture, inspection d'ouvrages d'art...), complétée par l'apprentissage des techniques de déplacement sur cordes.

Qualités sportives

Une bonne condition physique est nécessaire pour grimper sur de longues distances et travailler en extérieur dans des positions parfois inconfortables. Les personnes sujettes au vertige sont évidemment exclues de cette activité.

Attention et prudence

Outre ses capacités sportives, le ou la cordiste fait preuve de concentration, qualité indispensable pour prévenir les risques inhérents au métier, et de prudence pour éviter toute chute.

Si les premiers cordistes étaient alpinistes, la profession s'est organisée au fil des ans et a créé ses formations. Aujourd'hui, il est vivement conseillé d'obtenir d'abord un diplôme du secteur du bâtiment et des travaux publics (CAP, bac professionnel), puis une spécialisation de cordiste. Des CQP (certificats de qualification professionnelle) en formation continue permettent d'acquérir les techniques de déplacement sur cordes et de maîtriser les règles de sécurité et de prévention des risques d'accidents.

Après la 3e

CQP cordiste

Niveau bac

CQP technicien cordiste

CQP technicien protection risques naturels

CQP organiser les travaux sur cordes

Exemple de formations requises

Salaire

Salaire du débutant

1950 euros brut par mois.

Intégrer le marché du travail

Secteurs professionnels divers

Dès que le travail à réaliser se trouve en hauteur ou dans une zone difficile d'accès, les compétences des cordistes deviennent indispensables. D'autant plus qu'ils ou elles possèdent aussi des qualifications pour exercer dans des domaines très variés : le BTP (bâtiment et travaux publics) pour l'inspection et les contrôles d'ouvrages d'art, etc., mais aussi l'industrie (maintenance des éoliennes, entretien d'usines, travail en silos, etc.), la rénovation et la restauration de monuments historiques, le milieu de l'événementiel et du spectacle (installation de chapiteaux, d'éclairage etc.).

Une demande soutenue

Les cordistes sont très demandés. Le chiffre d'affaires des entreprises spécialisées dans les travaux en hauteur est en hausse constante. Pour la France, leur syndicat professionnel a recensé plus de 650 entreprises ayant pour activité principale les travaux sur cordes en 2020 (+7% depuis 2016). Parmi elles, des entreprises du BTP (bâtiment et travaux publics), des entreprises individuelles ou artisanales auxquelles s'ajoutent une soixantaine d'enseignes de travail temporaire spécialisées. Le nombre de cordistes permanents est estimé à plus de 4 600 salariés et à environ 11 000 cordistes exercent comme intérimaires réguliers.