Corentin Gillouard Thermicien

Portrait de Corentin Gillouard

Publié le :

© Nora Moreau / Tudpress

Bac +5 Salarié

Passionné par la question des sujets climatiques, Corentin Gillouard, 28 ans, est thermicien à Brest (29). Il s’efforce de trouver des solutions pour réduire la consommation d'énergie des bâtiments.

Contenu

Dans les bureaux de Green Eco Habitat, Corentin Gillouard, le nez dans ses plans d'architecte, travaille depuis plusieurs jours sur un dossier de rénovation complexe. Au sein de cette petite structure de douze salarié·es, réparti·es entre Brest et Quimper, le jeune homme de 28 ans est thermicien : un spécialiste des installations de chauffage, de production d'énergie et de climatisation. En résumé, il assure leur conception tout en respectant les normes énergétiques et environnementales.

Spécialisé dans la rénovation

Un bureau d'étude thermique travaille sur une partie des études techniques d'un bâtiment. Il intervient principalement dans la phase de conception d’un bâtiment mais également sur l’exécution et le suivi de travaux. Si Green Eco Habitat œuvre surtout sur du neuf, Corentin, lui, « travaille uniquement sur l'ancien et donc de la rénovation ».

Au quotidien, Corentin travaille plutôt dans un rayon de 30 km autour de Brest, mais peut aussi se déplacer dans tout le Finistère et les départements voisins. « Je vais d'abord aller sur un site pour examiner une maison ou un immeuble et faire un diagnostic énergétique. C’est-à-dire prendre des mesures, voir la composition des parois, relever des équipements techniques, etc. En gros, l'idée est de donner une note énergétique du bâtiment à l’état initial : savoir si, par exemple, c'est une passoire thermique. Par la suite, je vais regarder ce qui est techniquement faisable pour l'améliorer énergétiquement et thermiquement. »

Des visites toutes les semaines

Par exemple, proposer une isolation des murs, de la toiture, un remplacement de fenêtres, un changement de chaudière... « Mon but ultime, c'est de le transformer en un bâtiment performant, faire faire des économies d'énergie… et d’argent ! »

Chaque semaine, Corentin fait une à deux visites de ce type, puis rédige un rapport qui intègre une estimation financière et des préconisations de matériel pour restaurer le bâtiment. Il travaille enfin sur la mise en œuvre de cette restauration.

S’il lui arrive parfois de se pencher sur le cas de bâtiments collectifs - il a par exemple piloté le changement d’utilisation des locaux d’une école d’ingénieurs - il travaille le plus souvent sur des logements, immeubles ou habitations de particuliers. « En Bretagne, des villes comme Brest ou Lorient, détruites pendant la Seconde Guerre mondiale puis reconstruites rapidement, possèdent aujourd'hui un parc immobilier vieillissant qui a vraiment besoin d’un « rafraîchissement ». Il y a beaucoup de besoins et le secteur est porteur », observe Corentin.

Pour être thermicien, il faut, selon lui, être bon en maths et physique, mais aussi « aimer aller à la rencontre des gens, accepter parfois de rentrer dans leur intimité, être curieux de nature », et surtout, « avoir de l'intérêt pour tout ce qui est transition énergétique et changement climatique ». 

Parcours

Le parcours de Corentin

  • Il décroche un bac scientifique en spécialité physique au lycée Auguste Pavie, à Guingamp en 2013
  • Corentin intègre un DUT Génie thermique et énergie, au sein de l'IUT de Lorient à l'Université Bretagne Sud (UBS), qu'il valide en 2015
  • Afin de continuer à se spécialiser, il se lance dans un master Ingénierie de conception des systèmes énergétiques à l'UBS. 
  • Dès l’obtention de son master, en 2018, il débute sa carrière professionnelle en tant que consultant d'étude chauffage ventilation climatisation dans le domaine de la construction navale aux Chantiers de l'Atlantique, à Saint-Nazaire et Nantes.

Consulter les offres d'emploi de votre territoire

En temps réel, explorer les offres d'emploi dans la région Bretagne associées à cette famille de métiers.

France Travail

Consulter la fiche métier : Technicien/ne thermicien/ne

En savoir plus

Retour en haut de page