Technicien/ne céramiste

Porcelaine, prothèses, composants électroniques... La céramique prend toutes les formes et permet au technicien d'exercer dans des secteurs très divers, des arts de la table à l'aéronautique.

Niveau d'étude minimal requis

Niveau BTS, DUT, DEUST

Statut professionnel

salarié

Des fonctions diverses

Selon la taille et le type d'industrie où il exerce, le technicien céramiste peut assumer diverses fonctions. Il peut être responsable de la totalité d'un atelier de fabrication et doit veiller à la régularité de la production sur le plan de la quantité et de la qualité.

Étude et contrôle

Au sein des services d'études et de recherche, ce professionnel collabore à l'amélioration de la qualité de la fabrication et à la mise au point de nouveaux produits, en fonction des innovations technologiques sur les matériaux céramiques.

Dans les laboratoires de contrôle, le technicien céramiste vérifie la régularité de la composition chimique des matières premières (argiles, colorants, éléments d'émaillage...) à leur arrivée à l'usine.

Production et entretien

Dans la production en série d'objets, il organise le travail, distribue les tâches et dirige l'équipe.

Il peut aussi contrôler les caractéristiques physiques des pièces aux différents stades de la fabrication : résistance thermique, qualité de l'émaillage... Le résultat doit être conforme aux normes du produit céramique testé.

Avec le service entretien, il planifie les phases d'intervention systématique sur les machines pour éviter les arrêts imprévus de la production.

Un environnement contraignant

Les conditions de travail du technicien céramiste sont variables.

En usine, l'approvisionnement en matières premières se fait directement de l'extérieur vers les machines, par tapis roulant, générant des courants d'air, plus ou moins bien atténués !

Dans l'industrie porcelainière, l'isolation est meilleure, car l'argile est conditionnée en sacs, à l'intérieur des locaux. Côté chaleur, si l'isolation des fours s'est améliorée, la température ambiante des zones de cuisson avoisine tout de même les 35°C.

Flexibilité exigée

Au niveau des lignes de fabrication, le technicien n'échappe pas à un environnement bruyant. La production fonctionne généralement selon la règle des 3 x 8 heures. Le technicien peut donc avoir des horaires irréguliers en cas d'intervention urgente.

Dans les services de contrôle ou de recherche, l'environnement est plus calme voire confiné, et les horaires réguliers. En règle générale, ce professionnel doit se montrer mobile, tant géographiquement que sur les postes de travail et les divers sites de production d'un même groupe industriel.

Technicien et gestionnaire

Porteur d'un rôle stratégique au sein de l'entreprise, le technicien doit allier sens des relations humaines et connaissances technologiques. Doté du goût des responsabilités et de l'initiative, il doit faire preuve d'un esprit méthodique et rigoureux.

Des connaissances pointues

De plus en plus automatisée, la production exige une excellente connaissance du produit céramique et des machines. Le technicien céramiste doit donc posséder de solides notions d'automatisme, d'électromécanique, d'hydraulique ou encore de pneumatique.

Un atout : parler italien

Le technicien doit avoir un bon niveau en langues étrangères, du fait des concentrations et des reprises de petites entreprises par des firmes européennes plus importantes (italiennes, belges, espagnoles, allemandes...). L'Italie étant le leader mondial de la production de carrelages et de machines de fabrication céramique, la pratique de l'italien constitue un atout primordial dans ce secteur.

Le BTS industries céramiques facilite l'accès à la profession, car il permet à son titulaire d'intervenir dans le traitement des matériaux et la conception de nouveaux produits.

Niveau bac + 2

BTS industries céramiques.

Exemple de formations requises

Salaire

Salaire débutant

Autour de 1800 euros bruts/mois.

Intégrer le marché du travail

Des entreprises en demande

La maîtrise du produit céramique, dans le respect des normes, entraîne des contrôles de qualité à toutes les étapes de la fabrication. Alliée à l'automatisation croissante, cette tendance crée de forts besoins en ingénieurs et en techniciens. La région du Limousin est un bassin d'emploi considérable pour les professionnels du secteur, avec quelque 60 entreprises spécialisées dans la porcelaine de table et fantaisie, mais aussi une dizaine de sociétés axées sur les céramiques techniques, en fort développement.

Des besoins spécifiques

Le technicien céramiste peut exercer dans les céramiques techniques (nucléaire, aéronautique, électronique...) et les céramiques traditionnelles (porcelaine, faïence, céramiques sanitaires...). Il travaille souvent dans un laboratoire de recherche, de contrôle, ou encore au sein d'un service qualité. Il peut ensuite passer à la production en tant que chef d'équipe dans un atelier.

De réelles évolutions

Au sein d'une grande entreprise, il peut parvenir au poste de directeur de production, ou devenir chef du personnel, responsable qualité ou adjoint au directeur dans une PME-PMI.