Garde (chasse, pêche, littoral, rivière, parcs nationaux)

  • Synonyme : agent/e technique de l'environnement technicien/ne de l'environnement

Les gardes-chasse, gardes-pêche, gardes du littoral, gardes-rivière et gardes des parcs nationaux ont pour mission de protéger l'environnement, la faune et la flore par des actions de prévention, de répression et d'éducation.

Niveau d'étude minimal requis

Niveau CAP, BEP

Statut professionnel

fonctionnaire

Observer et surveiller

Les gardes sont comme des « policiers de la nature ». Ils surveillent, recherchent et constatent les infractions aux règlements (chasse, pêche...) et dressent des procès-verbaux. Par exemple, le garde-chasse lutte contre le braconnage. Le garde-pêche surveille des pêcheurs inexpérimentés. Le garde du littoral et le garde des parcs sanctionnent les promeneurs indélicats ou imprudents. Le garde-rivière prévient les décharges sauvages...

Aménager et entretenir

Les gardes peuvent aussi effectuer des prélèvements et procéder au recensement des espèces animales et végétales. Par exemple, le garde-chasse réintroduit du gibier à certains endroits. Le garde-pêche analyse la qualité des eaux et contrôle le peuplement aquatique. Le garde du littoral aménage des rochers pour abriter les crabes. Le garde des parcs assure le débroussaillage de zones à risques.

Accueillir et informer

Disponibles, ils accueillent et informent le public (promeneurs, chasseurs, pêcheurs...) sur la préservation des milieux naturels. Ils assurent visites thématiques et autres animations, notamment pour les scolaires. Ils gèrent l'entretien des équipements prévus à cet effet (panneaux, sentiers, balisage). Ils peuvent également être mobilisés pour des actions de prévention d'accidents ou pour des opérations de secours.

Au sein de la nature

Tout au long de l'année, les gardes (chasse, pêche, littoral, rivière, parcs nationaux) exercent leur métier en plein air. Même si, en hiver, ils sont un peu plus souvent dans un bureau pour rédiger ou étudier des rapports. Leurs horaires de travail exigent une grande disponibilité, de jour comme de nuit, en semaine comme en week-end. Une grande résistance physique est également nécessaire pour atteindre des endroits parfois difficiles d'accès... par tous les temps !

Rattaché à une brigade

Chacun dans leur spécialité, les gardes sont très souvent affectés à une brigade (mobile d'intervention, départementale, régionale), un secteur ou un type d'environnement, sous la responsabilité d'un chef de brigade (gestionnaire, technicien).

Seul ou équipe

La plupart du temps, le garde travaille en solitaire, à pied, à cheval, en Jeep ou dans une petite embarcation. Selon les cas et la mission à effectuer, il peut se faire seconder par des experts (vétérinaire, biologiste, botaniste, gendarme...).

Érudit et sportif

Amoureux de la nature et incollable sur les espèces animales et végétales présentes dans son secteur, le garde justifie de solides connaissances en botanique, zoologie et géographie. Sportif et endurant, il est en bonne condition physique pour arpenter les territoires dont il a la charge... et qu'il connaît par coeur.

Respectueux de la loi

Autonome, le garde peut dresser des procès-verbaux en cas d'infraction. Il doit donc parfaitement connaître le droit en vigueur dans sa spécialité (chasse, pêche, rivière, littoral, parcs) et le faire respecter par le public.

Et aussi pédagogue

Régulièrement en contact avec le public (promeneurs, scolaires, chasseurs, pêcheurs...), le garde doit avoir de réelles qualités de pédagogue pour assurer sa mission d'information et d'éducation des écocitoyens.

Sur concours, essentiellement. Pour devenir garde-chasse, garde-pêche et garde de parcs, il faut réussir le concours national d'agent technique de l'environnement (catégorie C) ou celui de technicien de l'environnement (catégorie B) de la fonction publique.

- La spécialité milieux et faune sauvage s'adresse aux futurs gardes-chasse, la spécialité milieux aquatiques aux gardes-pêche, et la spécialité espaces protégés aux gardes de parcs. Attention : ces concours ne sont pas organisés tous les ans. Niveau requis : CAP au minimum pour l'agent technique ; avec un bac au minimum pour le technicien. À noter : de plus en plus de candidats ont un diplôme de niveau bac + 2 selon les postes et les employeurs.

- Le conservatoire du littoral ne recrute, en principe, pas de gardes du littoral. Ce sont les collectivités et organismes gestionnaires (mairies, syndicats intercommunaux...) qui organisent leur recrutement selon des modalités variables. Par exemple : appel à candidatures puis sélection sur dossier, entretien, concours, candidatures spontanées...

- Ce sont les collectivités locales (conseils généraux, établissements publics de coopération intercommunale ou syndicats mixtes) et les parcs naturels régionaux qui habituellement recrutent les gardes-rivière. Pour accéder au métier, les formations initiales les plus appréciées sont le CAPA Entretien de l'espace rural ou encore un bac technologique. Une formation supérieure après le bac de niveau BTS, BTSA dans le domaine de l'eau et de la protection de l'environnement est aussi envisageable. À titre d'exemples : le BTSA Gestion et maîtrise de l'eau, le BTSA Gestion et protection de la nature ou le BTS Métiers de l'eau.

 

Salaire

Salaire du débutant

Smic

Intégrer le marché du travail

Surtout fonctionnaire

Le garde est très souvent un fonctionnaire (agent technique de l'environnement). Selon sa spécialité, il peut travailler pour différents employeurs : l'Office national de la chasse et de la faune sauvage, le Conseil supérieur de la pêche, les parcs nationaux, les fédérations départementales ou des associations agréées, les directions régionales des ministères (environnement et agriculture), les collectivités locales et territoriales, les syndicats mixtes et intercommunaux.

Des emplois rares

Même si le secteur de l'environnement a la cote auprès des jeunes, les recrutements en personnel sont encore minimes. Cependant, d'autres possibilités d'emploi existent dans le secteur privé. Des propriétaires particuliers, des sociétés privées de chasse ou de pêche, des parcs régionaux peuvent recruter ces passionnés de nature.